Mercredi 5 février 2014 3 05 /02 /Fév /2014 09:44

Voici un communiqué du comité de soutien à la liste "Béthune, une ville à vivre" :

 

POUR RETABLIR LA VERITE


La campagne électorale avance et certains candidats sont frappés d’un mal étrange : ils ont la mémoire sélective. La campagne prend une mauvaise tournure. Olivier Gacquerre et Daniel Boys mentent sans vergogne. Ce n’est pas notre conception de la politique.


Olivier Gacquerre donne des leçons de bonne gestion. Il faut lui rappeler qu’à cause de lui en novembre 2011 LA VILLE A PERDU 188 571,59 €. Explications : la banque nous a proposé le 9 novembre 2011 de consolider un prêt revolving à 2,74 % à taux fixe.  Olivier Gacquerre s’y oppose contre l’avis d’Yvon Bultel. Il faudra attendre le 29 novembre pour le faire mais le taux est passé à 3,08 %. OG est pourtant banquier. On espère qu’il conseille mieux ses clients.


La seule réalisation d’Olivier Gacquerre pendant le mandat est le hangar à avirons. OG fait passer ce projet au bureau municipal en affirmant que le coût s’élève à 98 000 €. Au bout du compte il aura fallu débourser 388 959  €. La encore bel exemple de gestion !


OG et son groupe n’ont pas voulu voter pour la baisse des indemnités des élus et la baisse des taux d’imposition lors du conseil municipal du 11 avril 2013.


OG propose dans son programme la mise en place de la vidéo protection. Pourtant lui et son groupe ont voté contre cette proposition du maire lors du conseil municipal du 9 décembre 2013.


OG se plaint que nous n’ayons pas fait la maison des sportifs. Il avait fait inscrire au budget primitif de la ville une somme de 480 000 € pour sa réalisation. Or après les appels d’offres il s’avère que le coût prévisionnel réel est estimé à 722 000 €. Là encore bel exemple de gestion.


OG cite des friches sans solution. Il oublie de dire que ces friches sont la propriété d’investisseurs privés.


OG nous cite des chiffres fantaisistes notamment sur le busway qui ne coutera rien aux contribuables béthunois s’il est réalisé un jour.


OG propose une tarification sociale de l’eau. Le maire se bat depuis 3 ans avec le SIVOM pour sa mise en place.


OG parle de la salle Léo Lagrange. D’accord mais comment financer les 10 millions d’euros de travaux sinon en faisant un prêt qui correspond pour l’instant à 5 % d’augmentation d’impôts.


OG nous parle de l’abandon du projet d’agrandissement d’Auchan alors que ce projet est en cours et qu’Auchan compte bien aller jusqu’au bout.


OG nous parle de la création d’assistant ville pour rendre visite aux séniors alors que cela existe déjà. En effet à la demande du maire une convention a été signée avec la Poste pour que les personnes âgées seules ou isolées puissent recevoir la visite du facteur (une à plusieurs fois par semaine, à la charge de la ville).


OG nous annonce pouvoir baisser les impôts de 15 %. Alors pourquoi a-t-il voté contre la baisse proposée par le maire. De plus, 15 % de baisse c’est 3 millions d’euros de recettes en moins pour le budget de la ville. Où va-t-il faire des économies ? Sur le personnel ? Sur les services à la population ? En fermant des équipements publics ? Ou en diminuant les subventions aux associations et au CCAS ? C’est du populisme !


Il se targue d’avoir signé la chartre Anticor et il ment. Il n’a jamais été gêné de cumuler deux indemnités d’adjoints avec son épouse pour une journée de présence par semaine. Il n’a jamais été gêné de cumuler son emploi, son mandat de premier adjoint et ses mandats dans les intercommunalités. Il utilise le populisme.


Daniel BOYS quant à lui a été le premier adjoint de Jacques Mellick pendant de nombreuses années. Il a signé le contrat du parking souterrain. Il a signé le contrat de la piscine. Il et donc co responsable de l’endettement (63 millions d’euros en 2008, contre 52 millions aujourd’hui), responsable de la hausse de 100 % des impôts locaux avant 2008.


Aujourd’hui il dénonce avec un certain culot l’endettement de la ville et la pression fiscale dont il est pourtant responsable.


Daniel BOYS se plaint du retard pris sur le chantier de l’éco quartier Testut rue de l’Horlogerie. Si lui et Jacques Mellick n’avait confié ce chantier avant 2008 à la société ADEVIA (ex SEPAC) présidée par leur ami Jean-Pierre KUCHEIDA, nous n’en serions pas là. Heureusement grâce aux efforts du maire le chantier va reprendre.


Daniel BOYS dénonce le cumul des mandats. Pourtant il n’a pas été gêné d’être à la fois et pendant longtemps Premier Adjoint au maire, vice président d’Artois Comm et vice président du conseil régional.


Comme Olivier Gacquerre ou Pierre Emmanuel Gibson, il propose des choses qui existent déjà. Ces trois là décidemment connaissent bien mal Béthune !

 

POUR MEMOIRE :


Pierre Emmanuel Gibson est contre le cinéma (émission WEO)


Jacques Mellick, Bernard Seux, Jean Pierre Deruelle, F. Reaux, E. Brassart n’ont pas voté pour le dernier avenant d’implantation du cinéma (Conseil Municipal du 9 décembre 2013)


Olivier Gacquerre, Daniel Boys, Bernard Seux, Jean Pierre Deruelle ont voté contre la mise en place de la vidéo protection (Conseil Municipal du 9 décembre 2013)


Jacques Mellick, Bernard Seux, Olivier Gacquerre, Evelyne Brassart n’ont pas voté la baisse d’impôts et la baisse des indemnités des élus proposé par le maire (Conseil Municipal du 11 avril 2013)

 

Tous ces candidats ont la mémoire courte, à nous de leur rafraichir la mémoire !

 

Comité de soutien de la liste « Béthune, une ville à vivre » emmenée par Stéphane SAINT-ANDRE

Par Phil - Publié dans : Démocratie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 5 janvier 2014 7 05 /01 /Jan /2014 15:19
Le maire de Bethune nous a fait parvenir ce communiqué en réaction aux récents propos de Daniel Boys :

Daniel Boys fait partie d'une génération d'élus béthunois au pouvoir depuis plusieurs décennies qui comme les autres à la mémoire courte.

A-t-il oublié qu'il fut pendant des années le premier adjoint de Jacques Mellick ?

A-t-il oublié qu'il a approuvé les 100 % d'augmentation d'impôts locaux infligés aux béthunois depuis 30 ans ?

A-t-il oublié qu'il a approuvé les travaux pharaoniques de Jacques Mellick comme le parking souterrain ?

Aujourd'hui il propose de baisser la pression fiscale dont il est responsable.

Aujourd'hui il propose de baisser l'endettement dont il est responsable.

Au passage il égratigne l'adjoint à l'urbanisme qui est pourtant désormais sur sa liste en déplorant une stagnation des investissements.

L'amnésie se double d'une baisse de la vue puisqu'il ne voit pas que Bethune a retrouvé sa place en région et qu'il ne voit pas le bilan positif dans tous les domaines de la majorité sortante.

Dans la même catégorie il y a aussi les dissidents socialistes ou encore Jean-Pierre Chruszez qui après avoir ruiné Bethune aux côtés de Jacques Mellick a ruiné Hénin Beaumont aux côtés de Gérard Dallongeville

Bref on ne peut pas accorder de crédit et de sérieux à celles et ceux qui ont comme seul programme que d'être élu.

Stéphane Saint André
Député maire de Bethune
Par Phil
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 22 octobre 2013 2 22 /10 /Oct /2013 13:29

 

BILAN FINANCIER DE LA COMMUNE DE BETHUNE

2008 - 2013

Chiffres officiels de la Direction des Finances Publiques

 

Baisse constante du ratio de rigidité des charges structurelles (- 7 points)* 

 

Ø  2008 → 67%

Ø  2009 → 59%

Ø  2010 → 57%

Ø  2011 → 55%

Ø  2012 → 54%

 

Evolution constante de la capacité d’autofinancement*

 

Ø  2008 → 4 477 134 €

Ø  2009 → 5 367 270 €

Ø  2010 → 7 093 433 €

Ø  2011 → 6 872 506 €

Ø  2012 → 7 114 085 €

 

Baisse significative de l’endettement (- 11 070 944 €)*

 

Ø  2008 → 63 871 586 €

Ø  2009 → 60 357 734 €

Ø  2010 → 56 751 473 €

Ø  2011 → 59 220 274 €

Ø  2012 → 55 804 740 €

Ø  Au 21 octobre 2013 → 52 800 642 €

 

Baisse de la fiscalité (variation des taux communaux)*

 

                                                           2008                           2013

Taxe d’habitation                           26,30                          25,47   →   - 0,83

Foncier bâti                                     41,96                          40,65   →   - 1,31

Foncier non bâti                             80,67                          78,15   →   - 2,52

 

*Sources : analyses financières de la Direction Générale des Finances Publiques (DGFIP)

 

En 2013, par ailleurs  la commune sort du réseau d’alerte SCORE (réseau interne de la DGFIP destiné à déceler de façon préventive les difficultés financières et les déficits budgétaires potentiels des collectivités territoriales et des établissements publics de coopération intercommunale),

-     la commune sort du classement des villes les plus endettées de France,   la commune est citée en exemple pour sa gestion par le rapport publié le 14 octobre 2013 par la Cour des Comptes relatif aux finances publiques locales.

 


 

 


 

 

 

 


Par Phil - Publié dans : Finances
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 22 octobre 2013 2 22 /10 /Oct /2013 13:16

A Béthune l'air n'est pas toujours respirable car à priori il rend fou !


L'excellente et trés sérieuse émsision de la 5 "c dans l'air" animée par Yves CALVI a loué les efforts de redressement financier de la ville de Béthune. Les journalistes se sont basés sur les chiffres de la Cour des Comptes et de la Direction Générale des Finances Publiques.


Comme ce reportage et les chiffres sont favorables à la majorité municipale, ça a du mal à passer dans l'opposition qui crie aux mensonges, à la désinformation et au manque de sérieux des journalistes. A les écouter tout le monde se trompe y compris donc la trés officielle direction des finances publiques.


Le plus hargneux est sans nul doute Hervé ABOUADAOU qui n'a jamais rien compris aux finances. Il est d'ailleurs si nul qu'il a eu de sérieux problèmes de gestion lorsqu'il était assureur. Aujourd'hui parce que le maire un jour lui a refusé un emploi, il déverse sa haine et ses mensonges sur les blogs.

 

Nous allons donc publier tous les chiffres pour mettre fin à leurs approximations.

Par Phil - Publié dans : Finances
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 22 octobre 2013 2 22 /10 /Oct /2013 13:13

Le journal du dimanche (JDD) vient de publier cette information :

 

Le veto de Debré contre quinze ministres

INDISCRET - Jean-Louis Debré, président du Conseil constitutionnel, a refusé de recevoir certains ministres lors du 55e anniversaire de la Constitution.

 

Indiscret

Jean-Louis Debré a ses bêtes noires. (Reuters)

 

Pour célébrer le 55e anniversaire de la Constitution, le président du Conseil constitutionnel, Jean-Louis Debré, a veillé personnellement à la liste des invités. S'il a retrouvé l'adresse des 384 anciens et actuels ministres de la Ve République, tous n'ont pas été invités. Jean-Louis Debré a rayé quinze noms de personnalités qu'il ne voulait pas voir Rue de Montpensier : DSK, Cahuzac, Tapie, Pasqua… Mais aussi les ex-ministres de François Mitterrand Christian Nucci et Jacques Mellick. Tous ont en commun d'avoir eu des problèmes avec la justice. Deux de ces quinze proscrits ont toutefois réussi à assister, le 3 octobre dernier, à la cérémonie présidée par François Hollande sans avoir reçu d'invitation.

 

Rédaction - Le Journal du Dimanche

dimanche 20 octobre 2013

 

Par Phil
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 22 octobre 2013 2 22 /10 /Oct /2013 10:02

Le couple Gaquerre a tenté en vain de faire main basse sur l'hôtel de ville. Les informations qui commencent à nous parvenir sont édifiantes sur leur gestion durant les 6 ans qui viennent de s'écouler. Les embauches de complaisance, l'inflation du financement d'un petit hangar à avirons qui au fil du temps devient complexe sportif, les erreurs de gestion.....bref derrière les beaux principes et les belles paroles il y a une tristre réalité. Nous y reviendrons.

 

Récemment réunion publique avec tous les ténors régionaux et nationaux de l'UDI. Pourquoi le cacher ? Pourquoi ne pas le dire dans les tracts et sur les affiches ? Ils tentent de tromper les électeurs en cachant leur appartenance à la droite. Il n'y a pourtant pas de honte mais non ils n'assument pas !

 

A cette réunion ils annoncent 300 personnes mais quand on regarde de plus prés la photo publiée sur leurs sites on ne compte que 150 chaises. Et encore il restait de la place. Et puis quand on regarde d'un peu plus prés encore on s'étonne d'y voir peu de béthunois et pour cause un bus était venu d'Arras déposer des figurants.

 

Cette réunion était donc un fiasco doublé d'un discours démago d'Olivier Gaquerre sur le thème : moi Olivier Gaquerre je ferais baisser les impôts, je vais réindustrialiser Béthune, je vais sauver le commerce, bref un discours de banquier qui restera comme les autres au stade des incantations.

Par Phil - Publié dans : Démocratie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 9 octobre 2013 3 09 /10 /Oct /2013 11:54

Après cet article paru cette semaine dans le magazine Le Point, l'opposition béthunoise ne pourra plus dire que la ville est mal gérée.

 

Jacques Mellick, Bernard Seux, Jean Pierre Deruelle, Jean Pierre Chruczez et consorts qui ont géré Béthune pendant 30 ans sont responsables des hausses d'impôts, sont responsables de l'endettement et des difficultés de cette ville.

 

Depuis 2008, avec Stéphane SAINT-ANDRE et la majorité actuelle, la dette a baissé et les imôts ont baissé.

 

Il n'y a pas deux vérités. Tous les chiffres sont publics !


L'opposition en est donc pour ses frais et l'article du Point vient le confirmer !

 

Le Point

Par Phil - Publié dans : Finances
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 1 octobre 2013 2 01 /10 /Oct /2013 22:25

PARIS, 1 octobre 2013 (AFP) - A six mois des élections municipales des 23 et 30 mars 2014, les forces politiques tentent de se mettre en ordre de bataille pour ce qui sera leur premier test national depuis l'arrivée de François Hollande à l'Elysée

.

Alors que les partis sont dans la délicate phase de désignation des candidats et de négociation des alliances, la campagne a débuté avec fracas avec la question des Roms et la réforme des rythmes scolaires.


Les enjeux nationaux sont toutefois loin de représenter les motivations principales des électeurs, plus de six sur dix votant d'abord pour des considérations locales selon un sondage Ifop/JDD.


La volonté de "sanctionner la politique du président de la République et du gouvernement" est toutefois exprimée par 26% des personnes.


Face à l'impopularité de l'exécutif et un Front National en embuscade, la gauche pour faire aussi bien qu'en 2008 -un bon cru- , table sur son ancrage local et la mobilisation de son électorat.


"Si le national a toujours un impact sur les élections locales, souvent au détriment du parti au pouvoir, ce sont encore les thèmes locaux qui priment. Nos maires ont bien travaillé, leur bilan peut les préserver de ce rejet national", assure à l'AFP, le sénateur-maire PS de Dijon François Rebsamen. "Mais plus les villes sont grandes, plus le national pèsera", avertit-il.

Le PS aura désigné ses candidats d'ici un mois par des primaires (13 et 20 octobre) ou des votes internes (10 et 17 octobre). Six primaires ouvertes sont prévues: Marseille, Aix-en-Provence, Béziers, Le Havre, Boulogne-Billancourt, La Rochelle.

C'est la première fois que le PS et l'UMP (Nathalie Kosciusko-Morizet a été désignée ainsi tête de liste à Paris) utilisent des primaires ouvertes pour des municipales.

 

Le FN espère créer la surprise

 

Le PS espère l'emporter à Avignon, Montauban, Albi, Nîmes, Perpignan. L'UMP porte ses espoirs sur Toulouse, Angers, Reims, Caen et Metz.

 

Malgré l'appel du PS à l'union dès le premier tour, les écologistes partiront en "autonomes" "partout où cela sera possible" à l'exception de villes comme Béziers "face au danger du FN". Les candidats sont désignés par un vote des militants et "les logiques locales et le cas par cas prévalent sur une stratégie nationale" souligne-t-on à Europe Ecologie-Les Verts (EELV).

 

A contrario, le Parti radical de gauche (5.000 élus) a conclu un accord de soutien mutuel aux sortants avec le PS qui le soutiendra notamment à Béthune, Evreux ou Bastia. Des discussions sont en cours pour Saumur, Vichy, Villetaneuse ou Amberieu en Bugey où le PRG s'estime le mieux placé.


Au Front de gauche, rien n'est simple. Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, et Jean-Luc Mélenchon (coprésident du Parti de gauche) s'affrontent sur la tactique. Le PG prône l'autonomie dès le premier tour et les communistes qui dirigent des villes avec le PS sont pour le "cas par cas". Le PCF ne dirige plus qu'une seule ville de plus de 100.000 habitants - Saint-Denis (Seine-Saint-Denis)- mais encore 806 communes avec environ 13.000 élus locaux. Le PS entend leur ravir Saint-Denis, Dieppe, La Courneuve.

 

Les cadres PCF se réunissent le 5 octobre pour désigner leurs chefs de file avant une validation le lendemain en Conseil national. Les militants se prononceront fin octobre sur la question des alliances.

A l'UMP, ébranlée par ses querelles intestines, très peu imaginent une vague bleue. Mais le parti compte sur un vote sanction contre Hollande pour faire basculer des villes de 30.000 à 100.000 ha et la prise de petites communes pour reprendre le Sénat à la gauche, première étape de la reconquête.

 

"Plus de 85% des candidats sont déjà investis", a assuré à l'AFP Jérôme Lavrilleux, directeur de cabinet de Jean-François Copé.

La droite fait face aux ambitions du FN, qui compte créer la surprise en gagnant plusieurs villes comme Béziers, Tarascon ou Hénin-Beaumont et "faire élire plusieurs centaines de conseillers municipaux", a expliqué à l'AFP Nicolas Bay, responsable des élections. Autre enjeu, perturber le jeu politique en obligeant des UMP à des alliances face aux risques de triangulaires. Il a déjà investi plus de 623 têtes de listes (120 en 2008).

 

A l'UDI, une commission nationale d'investiture s'est déjà "prononcée sur près de 600 des 1.100 villes de plus de 9.000 ha avec la désignation de 260 têtes de liste et 340 chefs de file pour des listes d'union avec l'UMP", a indiqué à l'AFP Eric Azières, chargé des élections. Seconde étape "qui commence, celle des échanges nationaux entre l'UDI et l'UMP" en vue de listes communes. "Le rapprochement avec le MoDem ne devrait pas changer grand-chose car le MoDem n'est allié avec le PS que dans une dizaine de grandes villes", précise M. Azières.

 

Par Phil - Publié dans : Démocratie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 28 septembre 2013 6 28 /09 /Sep /2013 16:02

Devant les divagations du groupe Aimer Béthune, le député maire a envoyé un communiqué à la presse dont nous publions ci dessous de larges extraits :

 

"Messieurs SEUX et DERUELLE deviennent pathétiques tant ils ne savent plus quoi inventer pour exister encore et pour ralentir l’action municipale.

 

J’aimerais que parfois ils fassent des propositions. Au lieu de cela ils attaquent la municipalité au tribunal.

 

Le premier dossier est celui du compte administratif 2011. Le Tribunal Administratif a rendu sa décision et je reste serein à la lecture du jugement. En effet le rapporteur ne relève aucune erreur de gestion, ni aucune insincérité du budget. Il développe un seul argument de pure forme en regrettant que la convocation pour le Débat d’Orientations Budgétaires ne comportait pas suffisamment d’éléments chiffrés. Nous faisons appel de cette décision car les textes sont très clairs. Un DOB n’est pas une délibération et la loi ne fait donc pas obligation d’y joindre une synthèse. Un jugement de la Cour Administrative de Marseille du 22 mars 2012 va dans ce sens. Quelle que soit la décision en appel, il n’y aura pas de conséquences. Nous avons d’ailleurs été cités en exemple par la Cour des Comptes pour notre bonne gestion.

 

Le deuxième dossier qui est le plus consternant concerne ce conseil qui n’a pu délibérer faute de quorum. On nous parle de commissions non réunies alors que ces sujets ont été débattus en commissions. Cette plainte me parait irrecevable et quelle que soit la décision du tribunal là non plus il n’y aurait pas de conséquences.

 

Le troisième et dernier contentieux concerne ce qui serait un faux. Tout de suite les grands mots pour effrayer. Le compte de gestion de la receveuse municipale n’aurait pas été approuvé à l’unanimité des présents alors que la délibération transmise à la sous préfecture indique le contraire. Il ne peut y avoir de faux tout simplement parce que le compte rendu du conseil municipal n’a pas encore été présenté, ni adopté en conseil. C’est à ce moment là que le compte rendu peut être corrigé. Là aussi quelle que soit la décision du tribunal, il ne peut y avoir de conséquences.

 

Messieurs SEUX et DERUELLE le savent mais continuent d’alimenter la polémique et la rumeur espérant qu’il en reste quelque chose.

 

Qu’ils sachent que rien ne me détournera de la mission confiée par les béthunoises et les béthunois de redresser les finances et l’image de notre ville.

 

C’est parce que nous sommes en train de réussir ce qu’ils ont été incapables de faire en 30 ans qu’ils vitupèrent.

 

Stéphane SAINT-ANDRE

Député Maire de Béthune

Par Phil - Publié dans : Finances
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 24 septembre 2013 2 24 /09 /Sep /2013 11:23

Vous l'avez peut être entendu comme nous, la ville de Béthune a été citée en exemple pour sa bonne gestion par la Cour des Comptes.

 

Cette information a été relayée sur France 2 et sur TF1 notamment.


Bravo donc à la municipalité !

Par Phil - Publié dans : Finances
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Notre régle de conduite

Ce blog se veut une référence. A chaque nouvelle fausse information vous trouverez sur ce blog les réponses appropriées. Chaque rumeur sera commentée et décryptée dans la rubrique "Rumeurs et Mensonges" située juste au dessous de ce texte. Les commentaires des partisans de l'actuelle majorité n'étant jamais publiés, nous prenons la décision de ne publier aucun commentaire qu'il soit favorable ou défavorable. Par contre il vous est possible de nous envoyer des articles signés en les déposant sur n'importe quel commentaire.

Catégories

Recherche

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés